Page Title

Hypatie et les sections coniques.

50 minutes - de 7 à 177 ans

Hypatie était une brillante astronome. On lui attribue l’invention du premier astrolabe, un instrument permettant de déterminer l’altitude des étoiles et des planètes, ainsi qu'en témoignent les lettres et les ouvrages de son disciple Synésius de Cyrène.

Hypatie est la seule femme dans l’histoire des mathématiques grecques… Ou, pour être précis, la seule que l’on connaisse. Elle est née en Egypte à Alexandrie au 4ème s. vers 370. On dit d’elle qu’elle était devenue aussi célèbre pour son esprit que pour sa beauté… Ses contemporains disaient que c’était «l'esprit de Platon dans le corps d'Aphrodite»

Dans cette conférence ludique rythmée par les dessins filmés et projetés de Bulle, nous nous intéressons aux commentaires d’Hypatie sur les travaux d’Appollonius. Les mathématiciens grecs ont beaucoup réfléchi à cette question des sections déterminées dans un cône par des plans de direction variée, et ils ont réuni ces courbes planes sous le nom de sections coniques. Hypatie participe à l’étude des planètes, et de la rotation du soleil autour de la Terre. 1200 ans avant Copernic, Hypatie avait compris le schéma héliocentrique du système solaire, elle avait eu l’intuition de la forme ellipsoïdale de notre système solaire.

Mais cette figure antique géniale jette aussi une lumière tragique sur la condition féminine à travers les âges. On raconte les pires horreurs sur la mort de la belle et talentueuse mathématicienne… Dans une cité d'Alexandrie multiculturelle où se côtoient disciples de Yahvé, d'Isis ou de Mithra, et fanatiques chrétiens de plus en plus nombreux, Hypatie, dernière représente du paganisme et de la rationalité grecque, est de plus en plus menacée. Voltaire qui a beaucoup écrit contre le fanatisme religieux n’a pas manqué de raconter le sort tragique réservé à Hypatie: 
« Les dogues tonsurés de Cyrille suivis d’une troupe de fanatiques, l’allèrent saisir dans la chaire où elle dictait ses leçons, la traînèrent par les cheveux, la lapidèrent, et la brûlèrent, sans que Cyrille le saint leur fît la plus légère réprimande ».

Avec la mort d’Hypatie, c’est l’hellénisme qui meurt un peu.